Pergola en bois : quel bois choisir ?

Ca y est, la décision est prise ! Cet été, il y aura une magnifique pergola en bois pour couvrir votre terrasse, et créer une ombre agréable. Vous avez trouvé le professionnel qui aura la responsabilité de vous construire votre pergola. Peut-être même avez-vous décidé de la fabriquer vous-même. Mais savez-vous quel bois doit être utilisé ? Le choix de l’essence de bois est important : la pergola, en extérieur, est soumise aux aléas climatiques, à la chaleur et à l’humidité.

Voici une petite étude des différentes essences de bois disponibles, et de leurs caractéristiques.

Les bois putrescibles

Pour une pergola bois, cette catégorie regroupe les bois qui résistent mal aux intempéries, et particulièrement à la pluie et à l’humidité. On les appelle les bois putrescibles : qui peuvent pourrir. Leur énorme (unique ?) avantage est de coûter très peu cher, en comparaison avec les bois imputrescibles.

Le pin (non-traité) : le pin est facile à travailler, ce qui facilitera la fabrication de la pergola. Par contre, sa longévité est relativement faible et des rejets de résine peuvent survenir, ce qui n’est pas très agréable au toucher. Mais le pin à l’état naturel est fortement déconseillé pour une pergola, tant sa résistance à l’humidité est faible. Ce n’est pas un bois à utiliser brut en extérieur, si on espère une longévité supérieure à 5 ans.
Le pin peut subir un traitement “autoclave” : l’injection d’un produit chimique de couleur verte pour le rendre plus résistant à l’humidité. Dans ce cas, son aspect naturel peut être légèrement dégradé à cause de l’apparition de traînées vertes. Même dans le cas d’un traitement autoclave, la pergola restera modestement résistante aux intempéries.

Les bois imputrescibles pour pergola

Les bois de cette catégorie sont reconnus pour résister naturellement à l’humidité, à des degrés divers. Ils sont donc à privilégier pour la construction d’une pergola.

Le Mélèze : c’est un résineux à bois dur, et il a tendance à se fissurer s’il est soumis à de grands écarts de températures entre l’été et l’hiver. Il est malgré tout recommandé pour la construction de structures, comme c’est le cas pour une pergola, grâce à ses qualités mécaniques très intéressantes. Les vertus du mélèze ont conduit à une plantation soutenue en France : son prix est donc relativement abordable.

Le Douglas : résineux originaire d’Amérique du Nord, le Douglas est très présent sur le territoire français. C’est l’essence de bois la plus utilisée pour le reboisement car il pousse très vite. Comme pour le mélèze, son prix est donc intéressant. Comparé à d’autres essences résineuses, il a tendance à moins se déformer.

Le Cèdre Rouge : lui aussi originaire des Etats-Unis, la faible densité de ce résineux le rend fragile à travailler. Il a tendance à se décomposer. Toutefois, ses qualités de résistance à l’humidité en font un choix intéressant pour construire une pergola en bois, si on est bien équipé en outillage et doté de compétences manuelles.

Le Robinier : feuillu peu connu, il a pourtant des qualités très intéressantes. Avec une résistance à l’humidité proche de celle du teck, et pour un prix nettement inférieur, le robinier a une durée de vie pouvant atteindre 50 ans en milieu humide. Il a la caractéristique de ne pas chauffer, même en cas d’exposition au soleil direct. Egalement appelé “faux acacia”, le robinier est une essence de bois de tout premier ordre pour réaliser une pergola en bois.

Le Chêne : justement reconnu pour sa résistance, le chêne est très solide. Grâce à bonne densité, il se travaille facilement, mais sera à privilégier dans les zones à faible pluviométrie. Le chêne, utilisé en extérieur, résiste moins bien à l’humidité que d’autres essences.

Le Châtaignier : plus résistant que le chêne à l’humidité, ce bois est bon marché. En effet, il est assez répandu sur le territoire français.

Les bois exotiques tels que l’ipé, le merbau ou le teck : naturellement imputrescibles et dotés de caractéristiques mécaniques très intéressantes, ils affichent par contre des prix nettement supérieurs, et la gestion des exploitations forestières est parfois sujette à caution.

Bon à Savoir

Au moment du choix de l’essence de bois pour votre pergola, renseignez-vous sur la classe de bois : c’est un indicateur de résistance utile pour faire le bon choix.

  • Classe 3 : Bois pouvant être exposé aux intempéries, mais pas au contact direct du sol. Convient aux bardages verticaux
  • Classe 4 : Bois au contact quasi permanent avec l’eau ou la terre. Convient aux poteaux, piquets, marches d’escalier, caillebotis à même le sol
  • Classe 5 : Bois utilisé en milieu marin.